Günter Haese - Otimus II

Günter Haese construit des objets filigranes à partir de fils métalliques. Les matériaux qu'il utilise sont le laiton et le bronze phosphorique auxquels, coupés et recourbés, tressés ou en spirale, soudés et assemblés en objets spatiaux, il donne une existence physique particulière. Jusqu'à présent, il a tout réalisé par lui-même et s'est limité à des oeuvres de taille humaine (50 - 200 cm). Les coffres de transport en bois sont également fabriqués par lui-même, en même temps que les objets qu'ils doivent contenir. Haese fournit un ensemble complet, l'œuvre achevée, son contenant et enfin son titre, formulé et quelquefois modifié, fruit d' une association poétique. Depuis 1963, son œuvre a acquis et conservé une réputation internationale.

Dans son engagement pour la collection de sculptures de Viersen, Haese se lance pour la première fois sur une autre voie. Après une mûre réflexion, la visite répétée du lieu et des discussions intensives, la perspective de réaliser une œuvre monumentale dans un espace public et dans un ensemble d'œuvres contemporaines s'est transformée en un challenge artistique dans lequel il s'est lancé avec la circonspection qui lui est propre.
Naturellement, il ne s'agit pas ici simplement d'agrandir un objet de Haese mais avant tout d'introduire les qualités artistiques de l'œuvre préexistante dans une situation nouvelle : la finesse de la construction à partir de fils métalliques, l'interruption de l'espace, la mobilité vibrante des différents membres et leur réactivité aux mouvements de l'air, des jeux de lumières et de reflets entre les parties fixes et mobiles de la construction et la définition enjouée de l'espace empli d'air comme une sphère animée.

       
Agrandir l'image?    -    Cliquez sur l'image!

Une cinétique dérobée à la mécanique simple se transformant en une volonté de mouvement qu'on peut qualifier d' organique. La carcasse construite en tant qu'organe - de là la comparaison qui revient toujours avec les antennes et les sondes spatiales que les objets de Haese évoquent. Ils montrent l'immensité de l'espace et prétendent qu'il est possible de le traverser. En même temps, ce sont des constructions cellulaires dans lesquelles l'ordonnancement, la régularité et l'isolement de l'intérieur deviennent perceptibles comme une mobilité interne possible au travers d'une peau transparente. Structure et tentacules, antennes et en même temps un corps qui apparaît articulé, séquentiel et régulier dans lequel le mouvement semble être une façon d'être possible pour lui, comme un réflexe sporadique ou un souffle léger, une sensation infiniment douce.

Respecter la subtilité de cette esthétique sous des conditions statiques différentes et d'autres rapports de poids n'est pas facile. Il a fallu prendre une suite de décisions tout à fait nouvelles.
Assembler cette statue dans un espace public est encore plus compliqué que l'assemblage de son modèle. Cela a provoqué une transformation du caractère réel de l'œuvre. Est-ce que toutes les œuvres de Haese sont des modèles potentiels exécutables dans d'autres dimensions ? En théorie, l'artiste ne s'y oppose pas mais il ne s'est pas prononcé dans le cas particulier. Optimus est la première œuvre dans un nouvel environnement, dans un monde modifié.

       
Agrandir l'image?    -    Cliquez sur l'image!